DKF Logo

La Fondation DK

Les Dix Commandements de la Vie quotidienne 6

  Montrez de la gratitude envers autrui en toutes occasions

Montrer de la gratitude envers autrui est un acte de grande bonté envers nous-mêmes parce que le pouvoir derrière le mot merci ouvre la porte des opportunités.

Qu'autrui soit une circonstance, un événement, un objet, un animal ou une autre personne, la vérité de notre être se révèle dans la relation que nous avons avec autrui. C'est à cette fin que nous venons en incarnation. Quand nous comprenons ceci, nous devenons capables de gratitude du fond de notre être parce que la gratitude est un aspect de la reconnaissance. Peu importe ce qu'autrui nous fait, nous savons que c'est seulement notre propre réalité qui se retourne vers nous à notre profit. Lorsque nous prenons toute la mesure du processus, nous en bénéficions; Mais jusqu'à ce que ce soit le cas, nous souffrons simplement dans les épreuves et les indignités de la vie.

Les gens qui se sentent diminués s'ils disent merci ou qui considèrent ceci comme une obligation agaçante sont encore dans le stade de souffrance, piqués au vif qu'ils sont par un processus qu'ils ne comprennent pas encore et essayant de protéger leur misérable égo en refusant d'exprimer leur gratitude à autrui. L'incapacité à témoigner de la gratitude est très révélateur du véritable niveau de développement. La seule chose qui soit trop importante pour témoigner de la gratitude (ou pour présenter des excuses) est l'égo. Une personne qui ne sait pas dire merci ni s'excuser doit encore apprendre les choses qui importent. Les choses qui importent concernent la relation pleine de gratitude et de respect qu'on établit avec tout ce qui est autre et qui sert nos besoins pour pouvoir nous développer tout autant que nous servons ceux d'autrui. Nous sommes tous engagés dans ce processus.

Tous les mois, nous recevons des centaines de messages à la Fondation DK. La plupart émanent de personnes demandant conseils. Nous répondons toujours. Certains destinataires écrivent pour exprimer leurs remerciements ( tel est le cas de la personne qui a écrit la lettre qui figure ce mois-ci dans La Lettre du Mois), mais ils constituent une minorité. Avec de telles personnes nous développons souvent une longue et utile relation. Parmi les gens qui n'offrent rien en retour, je pourchasse ceux qui méritent d'être réveillés, en leur faisant remarquer que nous avons passé du temps et dépensé de l'énergie pour répondre à leurs questions et qu'une reconnaissance nous est due. Je ne fais pas ceci parce que nous avons besoin de recevoir des remerciements mais parce que le destinataire doit apprendre à en faire s'il veut que les portes s'ouvrent devant lui sur le sentier spirituel. N'y a-t-il pas meilleur commencement que celui où l'on témoigne de sa gratitude envers les gens qui font tous leurs efforts pour aider? Mais la plupart du temps, nous laissons les choses telles quelles, parce que la porte s'est déjà fermée en claquant. N'ayant pas entendu ce qu'ils voulaient entendre, il ne viendrait pas à l'idée de ces demandeurs d'exprimer leur gratitude pour le temps et l'effort consacrés à répondre.

La même attitude s'étend à la vie. Si nous n'obtenons pas ce que nous désirons, l'idée ne nous vient pas de dire merci pour ce que nous avons déjà reçu. Quand on en vient à considérer les nationalités, il est difficile de dire laquelle esprime le moins sa gratitude : L'australienne, l'américaine ou la britannique. La cause fondamentale provient du ressentiment à l'égard d'une existence qui devrait être meilleure qu'elle ne l'est. Les allergies tiennent à ceci également et résultent d'une gratitude insuffisante.

Quand nous comprendrons ce processus, nous saurons que la malchance n'existe pas. Les choses arrivent de la seule façon qu'elles puissent arriver jusqu'à ce que nous apprenions comment les changer. Quand elles ne répondent pas à nos attentes, peut-être alors devrions-nous réfléchir sur la raison qui fait que ce doit être ainsi et montrer de la gratitude parce que l'occasion nous est donnée de conduire cette réflexion. C'est notre raison d'être en incarnation.

Nous passons à côté de la question quand nous attendons la perfection et refusons toute gratitude parce que les choses ne sont pas suffisamment bonnes pour nous. Ce que la Terre nous offre est l'opportunité d'extérioriser et d'ajuster la conscience. Il y a de nombreux êtres désincarnés, le visage plaqué contre la fenêtre du plan matériel, attendant de revenir à cet endroit où ils pourront ajuster les choses qui prolongent leurs souffrances.

La gratitude est un aspect de l'amour. Doux est son parfum et considérables les effets qu'elle produit, et pourtant nous nous privons des bénéfices de ceci à cause de notre orgueil indigne et sur la défensive, et personne n'est autant susceptible de s'en priver que celui qui possède un peu de connaissance ésotérique et beaucoup d'ambition spirituelle.

Le grand corps de connaissances ésotériques qu'est la Théosophie sert un but et un seul, et c'est celui d'inspirer du respect à l'égard du processus dont nous faisons partie, de sorte que nous vivions notre vie quotidienne plus consciemment et utilement. Ces connaissances sont un appel fait à notre corps mental, mais qu'il y ait sept rayons ou douze, trois clés ou cinq, cela importe peu à la personne qui est capable de distinguer entre la spiritualité et l'intellectualisme. Ces choses sont simplement l'échafaudage conceptuel au sein duquel, il est à espérer, la personnalité comprend de mieux en mieux et est capable d'apprécier davantage les processus dans lesquels nous sommes impliqués, devenant ainsi plus consciente au niveau de l'usage de la vie et du temps.

La valeur de cette extraordinaire conception présentée par Blavatsky et Bailey réside dans le pouvoir de nous persuader que notre vie a de la valeur et de nous encourager à bien utiliser notre temps, avec optimisme et sagesse. Mais il y en a tellement aujourd'hui qui prennent la longue vue par le mauvais côté, leur vie quotidienne devenant insignifiante, oubliant leurs relations tandis qu'ils comptent les rayons, s'octroient des initiations, se sentent supérieurs aux autres et centrent toute leur attention remplie d'espoir sur les extravagances devant être déployées par les Maîtres, et tout ceci fait que la Hiérarchie n'a pas d'autre choix que celui d'abandonner une telle structure. L'eau s'est engouffrée, et quoi qui se passe à l'intérieur de cet édifice à présent, les efforts fournis ne sont pas du genre de ceux qui permettent aux idées d'opérer une transformation spirituelle. Ainsi, une fois encore, la Hiérarchie nous encourage à mettre de l'ordre dans notre petite maison, en portant notre regard sur nous-mêmes et en prêtant attention à la qualité de notre vie quotidienne.

Même si vous estimez que votre vie est une vie de chien et que je ne mérite pas d'avoir autant de chance, essayez d'exprimer de la gratitude et permettez ainsi aux effets qui s'ensuivront de communiquer leur propre message. Au début, il se peut qu'il ne s'agisse que de mots, mais avec le temps, qui sait, ces mêmes mots pourront ouvrir la porte de votre cœur et laisser entrer le secret de la vie sur Terre.

Membre de la Fondation DK, Elizabeth Dempsey, à qui est consacré cet article, dit ceci:

Je dus apprendre la gratitude, et c'est cela qui éclaira le chemin, hors des ténèbres les plus profondes. La gratitude n'est rien moins que de la magie; Elle ouvre nos yeux et révèle un monde entièrement nouveau!

Suzanne Rough

La Fondation DK

Mars 2006

 
Home Page

Articles

The Red Letters

Back to Main Site

 

 

 

website maintained  by Elizabeth's Designs