DKF Logo

La Fondation DK

Les Dix Commandements de la Vie Quotidienne : 2

Ayez votre intention toujours devant vous – fixez-vous des buts pour la journée et, à intervalles réguliers durant la journée,  réalignez-vous avec eux et confirmez votre intention.

En se fixant et en accomplissant des buts, la personnalité se prépare à agir en tant qu’agent de la volonté spirituelle et à être une force créatrice dans le monde de la manifestation. Accomplir des buts n’est pas le résultat d’un «heureux» accident ; C’est le produit de la discipline et de l’application. Au début, n’importe quel but ou cible fera l’affaire s’il s’agit d’entraîner le mental, les émotions et le véhicule physique pour qu’ils coopèrent l’un avec l’autre et assurent ainsi l’accomplissement effectif. Les buts fixés et récompensés par la société seront en cela tout à fait adéquats.

Cependant apparaît un stade dans le développement où la qualité des buts  eux-mêmes compte. C’est alors que se produisent rébellion et isolement alors qu’émerge une conscience spirituelle qui crée un ensemble de valeurs et priorités différentes. Tout individu qui commence à répondre aux alternatives ne porte plus le même intérêt ni la même foi dans les buts que défend le conditionnement, et il peut ne plus supporter de leur consacrer du temps, et il sentira en lui une résistance à leur accorder son énergie.

De façon générale, la rébellion n’est pas traitée avec intelligence. On la considère comme une offense punissable et l’on ne cherchera pas à reconnaître les signes aptes à fournir une compréhension. Ceci est aussi vrai de la situation où nous nous condamnons nous-mêmes au regard de ce que nous n’avons pas réalisé que de celle où le châtiment provient d’une source extérieure.

Comme le dit KH dans sa réponse à GH, réponse publiée ce mois-ci, « L’esprit a toujours mis à l’épreuve la forme pour qu’elle produise le meilleur dont elle est capable ». Au moyen des buts fixés par nos facultés mentales , nous invitons au sein de la vie de notre personnalité les challenges de l’esprit.

Le conditionnement peut maintenir une personne sous l’emprise de valeurs qui ne permettront pas de tirer le plus haut profit de l’opportunité que représente toute une vie. Une grande partie du travail qu’entreprend la fondation DK par rapport à ses clients implique d’encourager les gens à découvrir quelle véritable relation ils ont avec les buts qu’ils se sont engagés –disent-ils – à poursuivre. Souvent ces buts manquent d’authenticité et, du point de vue du développement d’un individu, sont sans valeur.

Ceux qui se sont engagés dans la voie de la spiritualité sont tout autant enclins à adopter des buts inauthentiques que ceux pour qui ce n’est pas le cas. Un manque de compréhension fondamental du processus propre à la spiritualité elle-même, et un besoin de perspective concernant le véritable niveau de développement peuvent, et c’est souvent le cas, résulter  en des buts tout à fait inappropriés.

Quels sont les buts appropriés pour les personnes spirituellement éveillées ? Les buts appropriés sont ceux qui rendent justice aux nécessités de développement de toute une vie. La vie qui informe la personnalité, l’ange solaire, construit le plan pour une incarnation autour d’une intention par laquelle elle engage la conscience dans une voie nouvelle et, en même temps, d’équilibrer les tendances propres à cette conscience. Cette intention et la nature de la nouvelle direction qui sera prise sont discernables dans le diagramme natal. Mais il n’est pas nécessaire de dépendre d’une interprétation astrologique : nous pouvons apprendre à entendre et comprendre la tranquille voix de l’âme qui parle à travers les événements et expériences de notre vie. Dans la pratique, toutefois, les suggestions de l’âme sont bien vite étouffées par la voix du conditionnement, lequel nous fait craindre et condamner tout développement imprévu et malvenu et fait que nous nous accrochons au confort que représentent les buts acceptés par la société.

Même dans le cas où c’est la voie de l’astrologie que nous prenons, cela ne signifie pas que toute décision unique doive être vérifiée par rapport à un  diagramme. Nombreuses sont les voies qui conduisent au même endroit. Sur le point de prendre une décision, nous devons développer l’habitude de nous demander si la décision est alignée sur l’intention et si elle nous fera avancer dans la juste direction. Ceci est aussi important dans les petites choses que dans les grandes, parce que les buts à long terme seront soit servis soit frustrés par la qualité de nos buts immédiats. Si nous ne savons pas où nous conduisons notre vie, quels sont alors les termes de références que nous utilisons ? Est-ce que nous nous assignons des buts conventionnels ou bien essayons-nous de coopérer avec l’intention qui fonde notre vie ? Que décidons-nous si les deux sont incompatibles ? Les choix que nous faisons détermineront la vitesse avec laquelle nous avancerons sur le sentier de l’évolution.

Devenir une personne meilleure n’est pas adéquat comme but parce que cela manque de précision,  mais on peut espérer qu’une telle aspiration trouvera sa réalisation comme résultat de l’accomplissement de buts plus spécifiques qui soient compatibles avec le dessein de notre vie.

Faire le choix de buts est l’un des aspects  d’une vie portée par une intention. L’autre est la discipline de soi  afin d’accomplir les choses en alignement avec l’intention. Très probablement, nous essayerons d’éviter les étapes dans notre formation que nous trouvons ennuyeuses ou éprouvantes, mais des disciplines fondamentales telles que faire le ménage, ne pas rester à la traîne dans notre correspondance, maîtriser nos humeurs et notre irritabilité et faire preuve d’écoute en ce qui concerne autrui, tout cela constitue des nécessités préalables. Toute zone « brûlante » représente un point faible dans la structure et pourra à tout moment faire s’écrouler le reste. Toutes nos fanfaronnades comme quoi nous nous en fichons, nous ne voyons même pas le désordre chez nous et prenons plaisir au « chaos créatif », c’est tout simplement s’illusionner. L’extérieur reflète l’intérieur et une personne qui vit dans le chaos est dans un état de chaos intérieur et cela est source de souffrance même si ça n’a pas encore été reconnu. L’arrogance et la méchanceté envers autrui ne peuvent jamais être justifiées et sont totalement inacceptables lorsqu’elles sont dirigées par ceux qui ont des  aspirations spirituelles vers des personnes qui n’en ont pas.

Ne pas aimer quelque chose est différent de ne pas voir la valeur qui la sous-tend. La personne qui veut avancer doit être capable de faire cette distinction et  permettre à son sens de ce qui compte de l’emporter sur son aversion. En soi, ceci constitue une forme de libération que quiconque ayant déjà vécu dans le chaos ne sous-estimera jamais. La rébellion causée par le fait de ne pas aimer quelque chose est irritabilité ; la rébellion provoquée par le fait de sincèrement ne pas apercevoir la valeur de quelque chose, n’appartient pas au même niveau. Pouvez-vous faire cette distinction entre les deux dans le contexte de votre propre vie ?

Il existe trois règles d’or en relation avec l’étape où l’on se fixe un but effectif :

  1. Ne commencez même pas à essayer de vous engager dans le but de changer votre vie tant que vous ne vous êtes pas imposé l’ordre physique dans votre environnement domestique et de travail, et tant que,  c’est un  strict minimum, vous ne souscrivez pas au concept du respect d’autrui. Sans ces fondamentaux mis en place, vous gaspillerez tout simplement votre temps et entamerez la foi que vous avez en votre capacité à changer votre vie.
  1. Ne vous engagez pas par rapport à quelque chose en quoi vous ne croyez pas. Vous êtes peut-être dans des situations – elles sont nombreuses – auxquelles vous considérez devoir vous conformer. Ceci signifie simplement que les choses dans lesquelles vous pourriez vous engager restent à être découvertes. Se conformer à quelque chose ne peut être un substitut à un engagement.
  1. Ne vous engagez pas dans quelque chose dont vous n’êtes pas certain. L’ambivalence sabotera l’effort tout autant qu’un doute catégorique, et  le fera d’une façon encore plus subtile. Donnez-vous davantage de temps et explorez plus avant le sujet avant de vous engager, afin de ne pas avoir à vous battre avec un esprit divisé, ceci ajouté à un soi physique et émotionnel intransigeant.

Les aspects physiques et émotionnels du soi ont chacun leur propre capacité à réagir à quoi que ce soit qui est imposé depuis le niveau mental, et la manifesteront, habituellement sans enthousiasme, une fois que le côté nouveau des choses s’est estompé. Sachez que c’est inévitable et préparez-vous en devenant capable de vous rappeler pour quelles raisons vous avez décidé de vous engager par rapport à ce but particulier. Si nous ne pouvons nous rappeler ces raisons ou si nous sommes ambivalents quant à la valeur de ce but, alors nous l’abandonnerons très certainement.

Et peut-être que nous devons tous faire l’expérience d’abandonner certains buts afin de réaliser à quel point ils sont importants pour nous. Ils donnent une direction à notre vie. Les humains qui ont dépassé le stade d’existence où il s’agit d’abord de subsister et qui n’ont pas de but, ceux-là s’agitent autour du vide. Une vie sans but est source de souffrance profonde quand la conscience humaine répond de plus en plus au niveau mental. Pourtant, nous autres occidentaux vivons dans un monde où nos sociétés et religions organisées sont de moins en moins capables d’offrir aux individus conscients d’eux-mêmes les buts en lesquels ils puissent croire. Ceci étant, nous devons les établir par nous-mêmes et  trouver dans nos propres ressources intérieures la motivation pour continuer d’avancer. Vivre en accord avec l’intention est l’un des plus grands dons  que nous puissions nous donner. C’est un don de l’esprit.

Avoir nos propres buts ne signifie pas que nous ne puissions plus être flexibles ni  répondre à autrui, et aucune personne spirituellement éveillée ne peut se permettre d’établir des buts qui soient séparatistes au niveau de l’intention, mais avoir une intention claire nous permet de savoir où  nous pouvons et ne pouvons pas transiger, ce que nous pouvons et ne pouvons pas sacrifier ; cela nous permet de savoir comment fixer des limites sans lesquelles nous tournerons en rond, tels un bateau dont le gouvernail est cassé. C’est dans cette position que se trouvent d’innombrables personnes qui essayent de « devenir meilleures » et qui, ayant découvert que le problème provient de l’égotisme, ne sont pas sûres de la meilleure façon de penser positivement  en ce qui concerne soit leur propre personne soit le problème de l’affirmation de soi. En conséquence, leur vie est simplement une série de réactions aux exigences externes faites par d’autres gens, acceptées sans discrimination et les amenant à prendre des positions contradictoires. Les personnes placées dans une telle situation sont presque toujours dans la confusion, le désappointement et une colère profonde.

Il ne nous appartient pas de placer sur autrui la responsabilité de la direction de notre vie. Nous sommes volontiers d’accord avec une telle déclaration lorsqu’elle est faite, mais souvent nous ne reconnaissons pas ce qui se passe dans notre vie quotidienne lorsque nous permettons à d’autres de réquisitionner notre temps et notre énergie, nous entraînant à faire des choses en lesquelles nous ne croyons pas et dans lesquelles nous ne devrions pas être engagés. Il y aura toujours des « distractions » pour éroder l’intention et elles n’apparaîtront pas toujours comme les Sept Péchés Capitaux. Méfiez-vous de ceux qui vous tirent par la manche en vous demandant de vous engager là où votre aide n’est pas vraiment nécessaire.

« Problème partagé, problème diminué » chante le proverbe. Le discernement montre qu’un problème partagé avec d’autres peut s’avérer être un drame en train de se produire. Méfiez-vous de la sentimentalité qui afflige les personnes dont l’esprit est tourné vers la spiritualité, sentimentalité qui nous fait voir les choses autrement qu’elles sont.

¨        Mettez tout d’abord de l’ordre sur le plan physique. Puis inscrivez cette instruction : Ayez toujours votre intention devant vous. Placez cette instruction dans un endroit où elle puisse produire un impact sur vous lorsque vous êtes conscient et vous vous sentez « bien dans votre peau ». Souvenez-vous que vivre en accord avec l’intention est l’un des plus grands dons que l’on puisse offrir au soi.

Suzanne Rough

Août 2005

 
Home Page

Articles

The Red Letters

Back to Main Site

 

 

 

website maintained  by Elizabeth's Designs